Alertes

Fièvre hémorragique virale (FHV) à virus Ebola

Version actualisée le 04/04/2016

La maladie à virus Ebola est l’une des maladies virales les plus graves connues chez l’homme. Le taux de létalité peut atteindre 90%. Les flambées de fièvre hémorragique provoquées par le virus Ebola surviennent principalement en Afrique. Le virus Ébola se transmet à l’homme à partir des animaux sauvages et se propage ensuite dans les populations par transmission interhumaine : par contact direct avec le sang, les liquides biologiques ou les tissus des sujets et animaux infectés. Le virus Ebola n’est pas transmis par voie aérienne.
Il n’existe aucun traitement ni vaccin homologués et la prise en charge repose généralement sur un traitement symptomatique.

Le risque d’importation du virus Ebola, par le biais des voyageurs au sein de l’Union européenne ou en France, reste faible mais ne peut être exclu. Cette situation sanitaire inédite et grave accroit ainsi la possibilité d’avoir à gérer des cas suspects et requiert en conséquence une vigilance accrue de la part des professionnels et des établissements de santé.

Le respect de mesures de protection est le seul moyen de prévenir l’infection. Le HCSP a émis des recommandations (avis du 10 avril 2014 complété par l'avis du 10 septembre 2014, l'avis du 24 octobre 2014, l'avis du 31 octobre 2014, l'avis du 18 novembre 2014, l'avis du 4 décembre 2014, l'avis du 9 décembre 2014 et l'avis du 14 janvier 2015) adaptées aux différentes situations : personne asymptomatique revenant d’un pays touché, patient classé "cas possible" ou "confirmé". Il détaille les modalités de la prise en charge en cabinet de ville et en établissement de santé en termes notamment de précautions spécifiques d’hygiène (strict respect des précautions standard complétées par des précautions complémentaires de type "air" et "contact"), du transport et de l’hospitalisation, des examens biologiques pour le diagnostic positif, les diagnostics différentiels et la surveillance, de la gestion des excréta, des déchets d’activité de soins à risques infectieux, des matériels et de l’environnement. L'avis du 24 octobre rappelle la place importante du suivi des personnes contacts avec un cas "confirmé". Ces personnes contacts peuvent être soit des professionnels intervenant autour des malades, soit encore d'autres personnes dans la communauté. L’avis du 4 décembre précise la prise en charge des personnels de santé en milieu de soins, victimes d’un AES/AEV, à partir d’un patient index cas confirmé de maladie à virus Ebola.

La définition de cas est mise à jour régulièrement en fonction de l’évolution épidémiologique.
Un cas suspect (définition au 29/12/2015) est défini comme toute personne présentant, dans un délai de 21 jours après son retour de la zone à risque une fièvre supérieure ou égale à 38°C.

La zone à risque est définie comme les pays suivants :
- en Afrique de l’Ouest : Libéria
Depuis le 20 octobre 2014, le Nigeria ne fait plus partie de la zone à risque.
Depuis le 24 novembre 2014, la république démocratique du Congo ne fait plus partie de la zone à risque.
Depuis le 18 janvier 2015, le district de Bamako (Mali) ne fait plus partie de la zone à risque.
Le 9 mai 2015, le Libéria a été retiré de la zone à risque. Mais a été réintroduit le 1er juillet 2015 suite à la survenue d'une nouvelle chaine de transmission.
Depuis le 9 novembre 2015, la Sierra Leone ne fait plus partie de la zone à risque.
Depuis le 28 décembre 2015, la Guinée Conakry ne fait plus partie de la zone à risque.


> Si vous êtes en présence d’un cas suspect, après avoir mis en place les mesures barrières, appelez immédiatement le SAMU-Centre 15 qui en lien avec l’Agence régionale de santé (ARS) et l’Institut de veille sanitaire (InVS) mèneront une évaluation épidémiologique du cas (exclusion ou classement en cas possible).
> Si le cas est classé comme possible, le SAMU-Centre 15 prendra en charge le patient qui sera dirigé vers un établissement de santé de référence habilité (liste ESRH actualisée au 10/09/2015) désigné pour prendre en charge spécifiquement ce type de patient.

Gestion des déchets
- Conduite à tenir pour assurer la gestion des DASRI, Excreta, fluides biologiques et autres déchets produits dans la chambre du patient au sein d'un établissement de santé. Ministère de la santé. 14 novembre 2014
Annexes :
Règles relatives au transport maritime - Cerfa 11351 rempli - Liste de contrôle DASRI - Modèle type certificat d'empotage - Règles ONU 3291, annexe I - Règles ONU 3291, annexe II - Règles relatives au n°ONU 3291

- Gestion des DASRI, excréta, fluides biologiques et autres déchets produits lors de la prise en charge d’un patient au sein d’un établissement de santé. CClin-Arlin. 18 novembre 2014
Format pdf - Format powerpoint

 

Pour en savoir plus :

CClin-Arlin
- Désinfection des surfaces
Format pdf - Format powerpoint
- Equipements de protection individuels : Habillage - déshabillage
Format pdf - Format powerpoint
- Gestion des DASRI, excréta, fluides biologiques et autres déchets produits lors de la prise en charge d’un patient au sein d’un établissement de santé
Format pdf - Format powerpoint
- Fièvre EBOLA prise en charge d’un cas suspect
Format pdf - Format powerpoint
-
Plaquette Information du patient

Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale
Plan national de prévention et de lutte "Malade à viru Ebola"

Ministère des Affaires sociales et de la Santé
Site officiel Ebola
Ressources documentaires officielles
- Affiches
- Fiches Infos
- Document de synthèse : conduites à tenir

 

Réglementation
- Arrêté du 11 septembre 2015 abrogeant l'arrêté du 5 novembre 2014 renforçant le contrôle sanitaire aux frontières pour prévenir l'introduction de la maladie à virus Ebola sur le territoire national
- Instruction du 7 novembre 2014 relative aux actions à conduire au sein de chaque établissement de santé (hors établissement de santé de référence habilité) dans le cadre de la préparation à l’accueil inopiné d’un patient cas suspect de maladie à virus Ebola
- Arrêté du 10 octobre 2014 relatif aux adaptations nécessaires à la prise en charge transfusionnelle des patients atteints ou suspectés d’être atteints d’une infection par le virus Ebola
- Liste des établissements de santé de référence habilités (ESRH) pour la prise en charge des patients cas possibles ou confirmés de maladie à virus Ebola (10/09/15)

Retrouver d'autres textes officiels sur NosoBase

Haut Conseil de la Santé Publique
- Avis conduite à tenir face au risque de résurgence virale et à la prise en charge de leurs contacts (14/03/2016) Nouveau
- Avis stratégie de classement des cas suspects (8/07/2015)
- Avis mesures de protection et suivi des professionnels de santé en Afrique de l'Ouest (20/05/2015)
- Avis / CAT conduite à tenir personnes contacts (24/10/2014)

- Avis / CAT conduite à tenir en cas de décès (23/04/2015)

- Avis / CAT nettoyage et désinfection des locaux (14/01/2015)
- Avis évolution et impact de l’épidémie sur le territoire national (15/12/2014)
- Avis / CAT équipements de protection individuels (9/12/2014)
- Avis / CAT en cas d'accident d'exposition au sang ou au virus (4/12/2014)
- Avis / CAT après guerison clinique (18/11/2014)
- Avis / CAT professionnels établissements non ESRH (31/10/2014)
- Avis / CAT personnes contacts (21/10/2014)
- Avis / Précisions CAT (10/09/14)
- Avis / CAT cas suspect (10/04/14)


Institut de veille sanitaire            Point épidémiologique international
- Définition des cas (29/12/2015)
- Questionnaire d'évaluation des cas suspects d'infection à virus Ebola (3/10/14)

Numéro vert : 0800 13 00 00 (disponible 7j/7, de 09h00 à 21h00)


Ministère des affaires étrangères : Conseils aux voyageurs

CNR des fièvres hémorragiques virales (Institut Pasteur, Lyon) : Coordonnées CNR-FHV

Institut national de recherche et de sécurité : Information InRS

Groupe Bio Ebola / COREB SPILF : Indications et modalités de gestion-réalisation des examens biologiques d'un patient atteint d'infection avérée à virus Ebola
- Validation du HSCP (mise en ligne le 18/03/2015)

- Maladie à virus Ebola : tenues et procédures de déshabillage des soignants en établissement de santé de référence. SPILF, INRS 2015/05, 18 pages.

EPRUS : recommandations sur les équipements de protection individuelle

NosoBase : Recommandations - Réglementation

Actualités internationales
Organisation Mondiale de la Santé (OMS) :  
- Personal Protective Equipment (PPE) in the Context of Filovirus Disease Outbreak Response :
Rapid advice guideline
Technical specifications for PPE equipment to be used by health workers providing clinical care for patients

European center for disease prevention and control (ECDC)
- Critical aspects of the safe use of personnal protective equipment. A training tutorial for healthcare professionnals

Center for Disease Control and prevention  (CDC)

Agence de la santé publique du Canada

 

Un MOOC sur Ebola
Une formation en ligne ouverte à tous, ou cours en ligne ouvert aux masses (en anglais : massive open online course, MOOC) vous est proposée gratuitement pour les maladies à virus Ebola.
Les professionnels de santé qui souhaitent en savoir plus sur le virus Ebola peuvent s’inscrire au MOOC intitulé « Ebola, vaincre ensemble! », qui vient de débuter. Les cours se déroulent sur cinq semaines et sont dispensés en français. Ils sont gratuits et ouverts à tous les internautes qui se seront inscrits à temps (au plus tard le 9 février).
Trente-sept intervenants du monde académique, de la recherche, des ONG et des décideurs publics vont se relayer pour faire le point sur différentes questions : aspects cliniques, immunologiques, traitements, épidémiologie, causes sociales, économiques et politiques du problème, aspects culturels, impacts sanitaires et économiques sur la société, modèles mathématiques et prévisions, réponse internationale et principaux obstacles rencontrés en Afrique, volet éthique...
Ce MOOC (« Massive open online courses ») est lancé par l’université de Genève et l’université numérique francophone des sciences de la santé et du sport (UNF3S), avec la participation de l’OMS, et le soutien de l’université virtuelle du Sénégal. Il est supervisé par le Pr Antoine Flahault et le Dr Rafael Ruiz de Castañeda, tous deux de l’université de Genève.
https://www.france-universite-numerique-mooc.fr/courses/unige/57001/Trimestre_1_2015/about